Assemblée Générale

Rapport moral du 9 octobre 2016

Notre dernière assemblée nous avait emmenés dans l’ouest du département, à Rabastens plus exactement. Depuis lors, une année s’est presque écoulée et nous allons repasser le fil des évènements concernant notre association.

Vous savez que le Pèlerinage ne s’improvise pas et que c’est en fin  d’année civile que se prépare le suivant. Aussi, dès le bilan fait avec les responsables, nous commençons à penser au prochain.
Nous participons ensuite aux journées de février où Lourdes voit affluer tous les responsables de Pèlerinage. Cette année, elles se sont déroulées du 11 au 13 février. Pendant ces journées, nous rencontrons d’autres présidents d’hospitalité et chacun finalise les demandes effectuées auprès des sanctuaires ou rectifie si nécessaire. Mais, c’est surtout pour un président en exercice un temps privilégié où il peut profiter du Sanctuaire et de la Grotte sans être bousculé par les évènements et les  obligations d’un Pèlerinage. Nous avons pu passer la Porte Sainte de la Miséricorde sous une pluie battante et nous recueillir à la Grotte même s’il y avait affluence.
Au mois de février également, nous nous sommes retrouvés à Castres dans les locaux de l’ensemble scolaire Notre-Dame pour une récollection sur le thème de la Miséricorde animée par le Père Emmanuel Goulard.
Au mois de mai,  la rencontre annuelle des présidents de région  s’est déroulée à Auch. Nous avons pu discuter avec  Francis Dias, coordinateur des pèlerinages en charge notamment du calendrier. Dans les futurs projets dont il nous a parlé, s’en trouvent, entre autres, deux  qui seraient intéressants pour nous : ce sera, d’une part de  rapprocher le chemin de croix des malades et surtout de le mettre à l’ombre. Car, c’est un fait avéré, tout le monde est d’accord sur ce point, son emplacement est loin, peu pratique car les groupes se gênent et surtout, ce qui n’est guère plaisant pour nos malades, c’est le manque d’ombre. Le deuxième projet concernera la salle de la forêt qui se situe bien après les piscines et qui serait  emménagée pour les groupes qui voudraient y organiser  un temps festif… Nous avons bien sûr fortement encouragé ces initiatives mais aucune date ne nous a été donnée. Donc, affaires à suivre…
Le mois de juin voit, au 13 rue de Laden une effervescence particulière car les dossiers des malades et des hospitaliers étant arrivés, il faut les ouvrir, les vérifier, effectuer les rappels si nécessaire,  entrer les renseignements dans l’ordinateur. Tout cela est effectué par notre équipe de secrétaires qui y travaillent plusieurs jours par semaine. Quant aux dossiers médicaux, l’équipe médicale se charge de les éplucher et de faire le nécessaire pour que les malades qui demandent une prise en charge spéciale puissent être bien accueillis à Lourdes.
Tout ceci nous emmène vers le mois de juillet où une journée pour les nouveaux est organisée à Castres. Cette année, ce sont 34 nouveaux qui ont rejoint l’hospitalité. Encadrés par une partie de l’équipe-pilote, cette journée leur permet de faire connaissance, de s’imprégner du  message de Lourdes, de découvrir les réalités du pèlerinage et de rassurer les appréhensions de certains.
Si la matinée est un peu théorique, l’après-midi se révèle plus pratique. Notre équipe médicale anime des ateliers où chacun est invité à agir et réfléchir à la façon de se comporter avec un malade dans telle ou telle situation. Cette journée se situe une semaine avant le départ du pèlerinage et elle est complétée par la journée passée à Lourdes, la veille de l’arrivée des malades.
Du 8 au 11 Août, 425 hospitaliers ont accompagné 225 malades : 193 à l’Accueil et 32 en hôtel.
Nous avons été aidés, cette année, par une équipe de scouts de Nice. Chacun a pu remarquer la tenue, la ponctualité et l’efficacité de ces jeunes qui venaient d’être éprouvés par les attentats meurtriers commis dans leur ville au mois de juillet.
Ils nous ont dit leur joie d’avoir pu servir et ont été très touchés de l’accueil que vous leur avez fait.
Ils ont d’ailleurs envoyé un mot de remerciements que vous pourrez lire dans le prochain Souvenir.
Le thème de notre Pèlerinage était : Miséricordieux comme le Père. Le pape François nous dit : «  La Miséricorde, c’est la loi fondamentale qui habite le cœur de chacun lorsqu’il jette un regard sincère sur le frère qu’il rencontre …Cette année jubilaire  s’achèvera le 27 novembre. Mais, nous, hospitaliers, continuerons à avoir cette attention soutenue et particulière pour nos frères malades et handicapés. L’hospitalier, attentif aux petits, aux faibles, aux laissés-pour-compte devient un signe de l’amour inconditionnel  du Père. Que de fois n’avons-nous pas envie de dire : celui-là, il n’y a rien à en tirer, j’abandonne…Et, pourtant, Dieu n’abandonne jamais. Bernadette aussi, était une petite aux yeux du monde. Tout ce qui donne du poids dans la société lui faisait défaut. Elle était pauvre en tout : argent, santé, instruction, même instruction religieuse puisqu’à 14 ans, elle n’avait pas encore fait sa première communion. C’est pourtant elle qui a été choisie pour porter le message venu du Ciel.
Alors, faisons confiance ! Nos paroles de bienveillance, nos gestes amicaux ne sont jamais perdus.

Venons-en maintenant à la vie de l’œuvre :

  • Il est une équipe de travailleurs de l’ombre  dont on parle peu, c’est l’équipe  du Souvenir.
Constituée de 5 personnes, dont 2 anciens présidents et notre ancien aumônier, cette revue se veut un lien vivant  entre les membres d’une même famille, tous les pèlerins du diocèse d’Albi, que ce soient les hospitaliers ou les malades mais aussi toutes les personnes attachées à Lourdes et au Message de Marie à Bernadette.

Ainsi, une nouvelle page va voir le jour dans les prochains numéros : elle s’intitulera le courrier des lecteurs. Vous pourrez partager un témoignage, une émotion ou poser aussi une question… De plus, une autre rubrique se renouvelle : L’Union des malades, billet spirituel de l’Aumônier, s’appellera  désormais le Lien Spirituel et sera écrit à tour de rôle par plusieurs personnes mandatées par l’équipe de rédaction.  Faites connaître cette revue et surtout, n’hésitez pas  à y apporter des témoignages, des actions réalisées dans vos sections.

  • Une autre équipe a vu le jour, cette année : c’est l’équipe d’aumônerie. Jusqu’à présent et depuis de nombreuses années, Michel Jeannin était l’Aumônier de l’Hospitalité. Selon les statuts, il fallait, au 11 février 2015 qu’il passe la main. Qui allait le remplacer ? Philippe Basquin ou Philippe Sènes ?
Comprenant qu’une charge supplémentaire ne serait pas particulièrement la bienvenue, même si l’hospitalité est chère à leurs yeux, nous avons pensé que les prêtres  pourraient eux aussi  s’inscrire dans cette dynamique de travail en équipe. Chacun s’est donc réparti les tâches en fonction de ses disponibilités. Philippe Sènes accompagne les jeunes et l’équipe-pilote. Michel Jeannin fait partie de l’équipe du Souvenir et Philippe Basquin coordonne le Pèlerinage. Ensuite, dans l’année, chacun participe  en fonction de son emploi du temps : pour la journée d’accueil des nouveaux, pour les conseils d’administration et autres réunions.
L’hospitalité s’adapte, se transforme mais  reste  toujours au service des sections qui sont elles-mêmes au service des malades.
  • C’est dans cet esprit que nous sommes allés rencontrer les hospitaliers du secteur de Lacaune. Nous les avons écoutés et avons réfléchi ensemble sur l’organisation et les démarches à mettre en place pour être encore plus au service de nos frères malades sous le regard de Marie. Cela s’est traduit concrètement par la mise en place d’un bus qui prend les pèlerins à Lacaune au lieu  d’être obligés de descendre par leurs propres moyens à Castres. Un petit groupe de personnes  a pris la décision de faire vivre l’Hospitalité toute l’année en préparant en accord avec le curé une messe des malades,  en développant ce qui existait déjà à toute petite échelle.
De fait, l’équipe-pilote a émis le désir de rencontrer au cours de l’année quelques sections pour faire le point, pour partager ce que vous vivez et ainsi mieux se connaitre.
Nous avons ainsi mis en chantier un travail de réflexion avec la section de Graulhet et les hospitaliers du Réalmontais pour la création d’une section un peu plus étoffée dans le centre du département. Des rencontres entre les deux villages ont d’ailleurs été organisées, l’affaire suit son cours. Les décisions seront prises en concertation, même si à un moment donné, il faut trancher.
Nous irons donc à la rencontre d’autres sections, une ou deux chaque année pour partager avec vous et voir les réalités vécus dans chacun des secteurs.
Nous allons maintenant nous projeter dans le proche avenir.
  • En 2017, et selon les nouveaux statuts approuvés à l’Assemblée générale de Lacaune en 2012 un tiers des responsables de sections devront être renouvelés. C’est donc pour le 11 février prochain que le changement devra être. Chacun s’engage pour 6 ans et intègre le noyau existant de responsables. Chacun est conscient que l’engagement sera limité dans le temps : d’une part, 6 ans est une période assez longue pour s’engager et trouver sa place ; 6 ans, ce n’est pas trop pour s’y épuiser ou se lasser.
De plus, le travail en équipe permet une continuité dans les actions déjà engagées et l’apport d’idées neuves. Merci aux référents  de section,  quand ils auront les  noms de nouvelles personnes de les proposer à l’équipe-pilote.
  • En mars, nous organisons un mini-pèlerinage à Nevers, au Couvent St Gildas, lieu où Bernadette se consacra aux malades et où elle vécut jusqu’à sa mort. Ce sera du vendredi 17  au dimanche 19 mars 2017. Nous vous enverrons les modalités d’inscription prochainement mais si vous êtes intéressés, retenez dès à présent ces dates !
Je pense avoir fait le tour de l’année en ce qui concerne l’hospitalité. Je vais terminer en vous redisant un merci pour tout ce qui se vit entre nous hospitaliers, entre malades, entre hospitaliers et malades. Nous recevons des témoignages qui nous disent que les sourires, les petites attentions, les paroles bienveillantes échangées font toujours signe, même si nous n’en avons pas toujours conscience ; signe de l’amour du Christ, signe que nous sommes en marche avec Bernadette sous le regard de Marie.

Je vous remercie de votre attention.

Monique Favarel